25 février 2024

Jardiner et manger Bio

Les mauvaises herbes ont du bon !

Envahissantes et quasi-indestructibles, les mauvaises herbes sont maudites par la plupart des jardiniers. Pourtant certaines d’entre-elles présentent bien des bénéfices : elles améliorent le sol, attirent les insectes alliés ou possèdent des qualités médicinales et nutritionnelles. Portrait de trois indésirables pleines de qualités.

  • Le pissenlit

9k=

Tout est bon dans le pissenlit ! Cette plante aux graines « parachutes » se mange des fleurs à la racine depuis bien longtemps. Les premières servent à fabriquer du vin ou de la confiture et la seconde un succédané de café.

Mais ce n’est pas tout ! Les feuilles dentelées du pissenlit sont riches en vitamines A et C. Elles peuvent être consommées crues en vinaigrettes. Idem pour les boutons floraux qui remplacent les câpres dans les salades et dans les omelettes.

Le pissenlit est également une plante médicinale aux vertus diurétiques, comme l’indique joliment son nom.

Dans le jardin, le pissenlit n’est pas si nuisible : ses fleurs attirent les syrphes dons les larves se nourrissent des pucerons.

  • L’ortie

9k=

Piquante, envahissante et guère esthétique, l’ortie a tout pour déplaire ! Pourtant ses feuilles possèdent mille vertus. Riches en nutriments et en fer, elles sont dépuratives et minéralisantes. Les adeptes des remèdes de grand-mères les prennent en infusion, sous forme de cure (trois tasses par jour pendant trois semaines), à l’entrée et à la sortie de l’hiver.

N’oubliez pas vos gants pour la cueillette !

Une fois hachées pour leur ôter leur piquant, les feuilles d’ortie se mangent. Crues, elles remplacent le persil dans les salades. Cuites, elles se substituent aux épinards ou à l’oseille dans de nombreuses recettes, comme les tartes salées ou les soupes.

En usage externe, l’ortie s’applique sous forme de lotion sur le cuir chevelu pour combattre pellicules et chutes de cheveux.

Au jardin, c’est un bon activateur de compost. Sous forme de purin, l’ortie fait office d’engrais et de répulsif contre les insectes

  • Le plantain

Cette mauvaise herbe des pelouses et des chemins prospère lorsqu’elle est piétinée. Comme l’ortie, ses feuilles se mangent cuites ou crues et remplacent les épinards  dans les salades et les soupes. Séchées, elles se prennent en infusion et renforceraient les défences immunitaires.

Les feuilles de plantain s’appliquent aussi en cataplasme pour soigner l’acné et les petits bobos. Son jus frais aide à guérir les piqûres et les morsures d’insectes

Jardiner et cultiver sous serre

Les petites serres, qui ne sont plus chères du tout actuellement, se montrent fort utiles dans bien des jardins. Les kits en profils d’aluminium et les doubles parois alvéolaires permettent la culture de légumes délicats et prolongent le temps des récoltes, alors qu’en hiver elles permettent de cultiver les variétés précoces.

Nombreuses possibilités d’utilisation.

Il faut attendre jusqu’à mi-mai pour qu’arrive le temps de cultiver les plantes méditerranéennes et exotiques, et au mois de septembre déjà tout est fini avec l’arrivée des premiers gels. D’ailleurs pendant la saison d’été, également, le jardin en plein air souffre des pluies abondantes et des coups de froid durables. La culture des jeunes plantes du sud, la prolongation des récoltes et la culture des plantes délicates sont promises au succès lorsque faites-en serre ou sous feuilles plastiques. Les semis des plantes d’été, qui demandent beaucoup de lumière et de chaleur pour se développer, les concombres, les poivrons les tomates et autres légumes aiment le chaud, qui ne supportent pas les pluies continues accompagnées de vent, dons toutes ces plantes et par ailleurs bien d’autres encore, se plaisent dans des endroits abrités, protégés par du verre ou du plexiglas.

2Q==

Serre chaude, serre froide, serre tempérée.

Les possibilités d’utilisation d’une serre dépendent en priorité de leur configuration et des équipements techniques

  • Une serre chaude : avec du verre isolant, une aération entièrement automatique, un chauffage, un éclairage, une installation d’ombrage et de nébulisation d’eau permet la culture de plantes tropicales, celles-ci nécessitant un climat constant tout au long de l’année. Malgré tout une serre un peu moins équipée (donc sans installation de nébulisation au autres) offre des conditions de croissance favorables à de nombreuses plantes, pour autant qu’elle puisse être chauffée
  • Une serre froide et tempérée : permet d’hiverner par exemple les plantes en pot, de multiplier les jeunes plantes, et de cultiver des cactées, pour autant qu’il ne fasse pas trop froid mais que la serre soit toujours un peu tempérée. Une telle serre ne se différencie d’une serre chaude dans son mode de construction. Bien sûr, les verres doivent être tout aussi isolants lorsqu’il est nécessaire de chauffer en hiver. Par conséquent la construction doit être vraiment solide. Une serre froide agencée de manière professionnelle peut comprendre, en plus du chauffage, des installations d’aération et d’ombrage automatiques ainsi que d’autres aides techniques. Toutefois, vu sous l’angle écologique et économique, le chauffage d’une serre est toujours critique et n’est rentable que pour des constructions bien isolés, à l’exception des carrés sur fumier ou autres systèmes produisant de la chaleur de manière écologique. Les carrés sur fumier sont des couches qui sont chargées au printemps d’une épaisse couche de fumier de cheval. Celui-ci dégage de la chaleur et remplit le rôle de « radiateur ». En outre, des modules solaires sur le toit, par exemple peuvent fonctionner en tant qu’accumulateurs de chaleur. En principe il ne vaut pas la peine de chauffer des serres en verre normal ou en doubles parois alvéolaires, ou alors seulement pour éviter le gel les jours de grand froid. Pourtant une serre tempérée offre de très nombreuses possibilités, comme la prolongation de la récolte de légumes, pour hiverner les plantes en pots robustes ou pour la culture de jeunes plantes.

Utilisation d’une serre tout au long de l’année : Les petites serres sont particulièrement précieuses pour la culture avancée de légumes précoces. Les petites serres en verre ou en plastique sont utiles en été aussi en tant que zones protégées pour les concombres, les melons et autres végétaux exotiques. En automne elles peuvent de nouveau être utilisées pour la culture tardive de salades, ou d’entreposer les tubercules et les légumes à racines. En hiver encore, elles se prêtent bien au stockage de plantes en pot pas trop délicates qui pourront également bénéficier de la protection supplémentaire apportée par une feuille de plastique alvéolée ou de non-tissé.

  • Culture à la fin de l’hiver et au printemps : Seules certaines variétés de légumes se prêtent à la culture sous verre à la fin de l’hiver. C’est à dire celles qui ne « montent » pas facilement. La serre est idéale pour les laitues précoces, les radis, épinards, toutes les sortes résistantes au gel tardif. De plus il ne faut pas oublier les fines herbes telles que le persil, la ciboulette et l’estragon qui trouveront une place encore libre entre les rangées de salades et de légumes. Le semis ou le repiquage est possible au mois de février déjà, dès que les jours paraissent un peu plus longs. Plus tôt la culture n’en vaut pas pratiquement pas la peine, car les plantes ne reçoivent pas assez de lumière. Au demeurant la serre n’assure pas une protection absolue contre le gel ! Elle n’est efficace que contre un froid peu pénétrant. Les tomates, paprika et autres légumes sensibles ne peuvent plantés en serre qu’au mois d’avril ou de mai, à moins de protéger la serre au moyen de feuille alvéolée et d’installer provisoirement un chauffage.
  • Culture en été et en automne : Après le début de la saison, pendant lequel les premières salades, les radis provenant de la serre ont agréablement enrichi les menus, la place est de nouveau libre pour les salades d’été et les légumes à fruits. Ce lieu bien protégé est idéal pour ce type de légumes de provenance tropicale. Ce sont en autres les tomates concombres et melons. Mais les haricots se plaisent dans un tel climat. Les aubergines et autres variétés aimant le chaud. Tout le volume précieux de la serre devrait être utilisé autant que possible. Entre les plantes hautes s’agrippant à des fils ou des tuteurs, la place au sol est encore suffisante pour planter des salades d’été, les légumes fruits restent en place jusqu’à l’automne. Les tomates produisent encore des fruits frais jusqu’à ce que les grands froids signifient la fin de la récolte. Au fur et à mesure des besoins, il sera encore possible de récolter en automne des salades fraîches, des légumes tardifs et des fines herbes de sa propre production.
  • Quartier d’hiver : Lorsque la saison froide arrive et que les jours raccourcissent, la croissance est stoppée, dans la serre également. C’est alors que ne subsistent plus que les salades et légumes d’hiver. Pourtant la serre est utile à ce moment-là encore. Elle servira de quartier d’hiver pour le poireau, les choux frisées et choux de Bruxelles, ainsi que pour les légumes à racines, qui pourront être conservés recouverts de terre. D’autres part les surfaces libres permettront le rangement hivernal des outils et ustensiles.

Pourquoi jardiner bio est bon ?

Le jardinage biologique devient de plus en plus populaire chaque année, et il y a plusieurs raisons à cela. Lorsque vous jardinez de manière biologique, vous n’utilisez aucun engrais synthétique, pesticide ou herbicide. Au lieu de cela, vous comptez sur la matière organique pour nourrir et protéger vos plantes.

Les jardins biologiques sont plus sains pour les gens et l’environnement. Les pesticides peuvent être nocifs pour les humains et les animaux, et ils peuvent également polluer nos approvisionnements en eau. Les engrais synthétiques peuvent s’infiltrer dans les eaux souterraines et provoquer la prolifération d’algues dans les rivières et les lacs.

Le jardinage biologique est également meilleur pour l’environnement car il ne produit aucun des gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique. Les pratiques de l’agriculture biologique aident à renforcer le sol plutôt qu’à l’épuiser, ce qui se produit lorsque des engrais synthétiques sont utilisés.  Si vous avez besoins d’aide, de conseils nous vous conseillons de visiter le blog  » Bons plans jardins  » vous pourrez ainsi réaliser un jardin avec de nombreuses sortes de légumes.

Pourquoi manger bio est bon pour la santé ?

Les aliments biologiques sont présentés comme étant meilleurs pour la santé car ils contiennent moins de produits chimiques et de pesticides. Ces produits chimiques peuvent être nocifs pour votre corps et ont été associés à diverses maladies. D’autre part, les aliments biologiques contiennent souvent plus de nutriments que les aliments cultivés de manière conventionnelle. De plus, les résidus de pesticides peuvent s’accumuler dans les cultures au fil du temps, donc l’achat de produits biologiques permet de s’assurer que vous obtenez une alimentation constante de haute qualité.